Tutelles

Le LS2N dépend de 4 tutelles : le CNRS (plus précisément à travers son rattachement principal à l’Institut des Sciences de l’Information et de leurs Interactions (INS2I), ainsi qu’à l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) et l’Institut des Sciences Biologiques (INSB), témoignant d’une activité interdisciplinaire), et les tutelles du site, qui sont l’Université de Nantes, l’Ecole Centrale de Nantes, et l’Institut Mines Telecom Atlantique, établissements membres de la COMUE Université Bretagne-Loire (UBL). Inria est partenaire du LS2N à travers plusieurs équipes-projet communes.

Effectifs

Le LS2N en janvier 2017 comprend l’activité d’environ 430 personnes avec 205 permanents : 19 chercheurs (16 CNRS, 3 Inria), 158 enseignants-chercheurs (dont 103 de l’Université de Nantes (UN), 29 de l’IMT Atlantique (IMT-A), 27 de l’Ecole Centrale de Nantes (ECN)) et 28 Ingénieurs, Techniciens et Administratifs (12 CNRS, 6 ECN, 4 IMT-A, 5 UN, 1 Inria). Il accueille aussi environ 170 doctorants et 60 ingénieurs ou post-doctorants contractuels.

Implantation   multi-sites

Le laboratoire est présent sur 5 sites de la métropole nantaise :
• Le campus de l’école centrale (ECN) (70 permanents),
• Le campus de la faculté des sciences (FST) (53 permanents),
• Le campus de l’IMT Atlantique (IMT-A) (38 permanents),
• Le campus de l’école polytechnique (Polytech) (30 permanents),
• Le campus de l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) (14 permanents).

Poles   de   recherche

Un laboratoire de plus de 200 chercheurs et enseignants-chercheurs, avec des équipes de taille raisonnable comprenant en moyenne moins de 10 membres permanents, contient plus d’une vingtaine d’équipes.
Un regroupement par grands champs scientifiques devient nécessaire pour :
• afficher de façon structurée l’activité et les compétences (ou « couleurs ») du laboratoire,
• faciliter les interactions et coopérations entre les équipes ayant des objets scientifiques voisins,
• coordonner les plates-formes (matérielles et logicielles) associées au thème,
• faciliter l’animation et la prospective scientifique,
• réunir des équipes pédagogiques en charge de parcours de master,
• organiser son évaluation.

Themes   transverses

Les enjeux du développement socio-économique tant français que de notre territoire, dans le cadre de réflexions menées par les collectivités ou différentes instances ont fait émerger un schéma prospectif du développement socio-économique des territoires régionaux. Ce schéma a permis de faire apparaı̂tre des domaines spécifiques ou des spécialisations thématiques associées à des savoir-faire existants ou potentiels tant scientifiques qu’industriels et/ou économiques. Cette « spécialisation intelligente » a pour but d’entretenir et de développer un terreau fertile à l’émergence de grands projets collectifs. En pays de la Loire, six grands thèmes ont été retenus, il s’agit de : Industries maritimes et énergies nouvelles, Technologies avancées de production, Alimentation et bio-ressources, Thérapies de demain et santé, Informatique et électronique professionnelle, Design et industries culturelles et créatives.

Les thèmes transverses du laboratoire sont issus des réflexions scientifiques des membres du laboratoire à partir de leurs travaux actuels, des échanges internationaux déjà engagés, des analyses d’études prospectives diverses et variées…, mais aussi des ressentis et/ou des envies des uns et des autres. Et au final, les cinq thèmes transversaux proposés par le laboratoire sont parfaitement en phase avec la stratégie régionale, nationale et européenne engagée pour les prochaines décennies. Ces thèmes transverses permettent de cultiver l’inter-disciplinarité, et de contribuer à certains enjeux sociétaux.

Au delà des projets d’excellence qui sont conduits, c’est notamment à l’intersection des pôles et des thèmes transverses que s’affichent les lignes de forces et l’originalité du laboratoire.