Création, culture et société numériques

La caractéristique fondamentale est qu'au cœur de ces croisements se retrouve l'humain considéré dans ses dimensions cognitives, créatives, sociales, etc. Nous considérons que de tels terrains d'application sont propices à l'émergence à la fois de nouveaux concepts et outils scientifiques, et de nouveaux outils et usages ayant un impact sur la société, illustrant la volonté du laboratoire de participer à la construction de notre Société Numérique.


Contexte et genèse
L'esprit fondateur de ce thème transverse réside dans les fertilisations croisées déjà engagées par le laboratoire entre le numérique sous toutes ses formes et différents domaines tels que la culture et la création, le design, le bien-être et la santé, l'éducation, etc.
La caractéristique fondamentale est qu'au cœur de ces croisements se retrouve l'humain considéré dans ses dimensions cognitives, créatives, sociales, etc. Nous considérons que de tels terrains d'application sont propices à l'émergence à la fois de nouveaux concepts et outils scientifiques, et de nouveaux outils et usages ayant un impact sur la société, illustrant la volonté du laboratoire de participer à la construction de notre Société Numérique.
Ce thème s'inscrit ainsi parfaitement dans les directions stratégiques issues des réflexions régionales, nationales et européennes. Il est directement associé aux actions de Stratégie Régionale d'Innovation pour une Spécialisation Intelligente (SRI SI) qui sont les suivantes :
  • compétences clés pour construire les modèles de demain :
    • Informatique et électronique professionnelles : des compétences et des solutions pour une économie et une société numériques ;
    • Le design et les industries culturelles et créatives : pour un rapprochement entre création et innovation.
  • vers une région du bien-être et de la qualité de vie.

A l'échelle de notre structure de recherche, ceci est décliné en un objectif général consistant à nous mobiliser pour innover dans la conception de « cadres de vie » dans six domaines d'application stratégiques pour la société numérique : 1) Patrimoine (médiation patrimoniale) et tourisme 2) Images, Médias et Arts numériques 3) Bien-être, mieux-vivre (Santé, Travail, Vieillissement...) 4) Education numérique 5) Humanités Numériques 6) Ville inventive et créative.
Des principes et des actions
Ces domaines d'application peuvent profiter des développements d'outils scientifiques les plus avancés. Sur ce plan, la palette des outils scientifiques convocables et faisant partie des activités et expertise de nos équipes est très large. On peut citer en particulier la modélisation 3D, la reconnaissance de forme, la visualisation d'information, l'analyse de données temporelles et séquentielles, l'analyse du geste, l'analyse de corpus, l'analyse de réseaux sociaux, le traitement de documents et du langage, l'analyse du comportement humain.
Le croisement des disciplines développées au sein des différentes équipes trouve ici un terrain très favorable. Mais les domaines d'application invitent forcément à des croisements interdisciplinaires beaucoup plus larges (SHS, Design, Art, Santé...) qui ne sauraient être limités à la transformation des chercheurs du laboratoire en techniciens/ingénieurs au service des praticiens avec lesquels ils travaillent. Il s'agit bien de suivre des principes forts : le développement d'une interdisciplinarité de recherche (informaticien + SHS par exemple) et l'hybridation des pratiques dans une logique de co-production.
Les trois principaux axes de recherche identifiés dans le thème concernent :
  • la conception de systèmes pour la société numérique : Muséographie et nouvelles méthodes de médiation culturelle et patrimoniale, Humanités numériques, éducation numérique, Bibliothèques numériques, Nouveaux objets connectés, Développement de systèmes d'aide à la personne, à l'enfant, au travailleur...
  • la conception de nouvelles interactions et couplages avec les artefacts numériques : Art numérique, fouille interactive et couplage avec les algorithmes, Interaction homme-robot, traduction humaine assistée par ordinateur, Technologies réflexives, bio-feedback...
  • l'analyse des pratiques et des interactions avec les artefacts numériques : Usages des œuvres, des systèmes et des installations numériques, Qualité d'expérience des artefacts numériques, Analyse de l'évolution du couplage homme-machine, Mutation des pratiques (musicales, scientifiques, etc.) en régime numérique...
Les atouts du laboratoire
Plusieurs équipes du LINA et IRCCyN sont déjà engagés parfois ensemble dans des projets institutionnels en lien avec le thème et souvent dans des logiques interdisciplinaires. Le développement de ces projets suggère une intensification de cette dynamique et justifient bien le caractère transverse (inter-équipe et inter-pôle) du thème au sein du LS2N.
Le thème pourra s'appuyer sur :
  • des pépites nationales et internationales concernant des compétences scientifiques clés dans plusieurs disciplines. Certaines sont déjà en interface avec des disciplines SHS (Analyse de traces, Qualité d'expérience, E-learning, Analyse de Document, Traitement des langues, Conception Additive grande dimension, Robotique bio inspirée...).
  • des partenariats forts avec des laboratoires de SHS : l'AMO, LPPL...
  • la dynamique des RFI en lien avec le thème avec en particulier l'axe interaction du RFI Numérique et le RFI ICC pour lesquels le laboratoire sera en toute première ligne des actions recherche.
  • les implications dans les évolutions des formations : portage de formations innovantes dans le domaine de la culture numérique (DU DESSIIN réunissant designers, informaticiens et électroniciens, DU Data Médias réunissant journalistes et informaticiens, futur Master sur les cultures numériques), ambition d'une formation doctorale en lien avec la Culture et la Création.
  • les relations avec un écosystème riche : NantesTech, Cluster OuestMedialab, PRI Design IN, Stéréolux, Compagnie La Machine, Cantine numérique...
  • l'animation et pilotage de deux plateformes dédiés aux cultures numériques du futur Pôle Universitaire de la Halle 6 en plein coeur du Quartier de la Création (un Userlab et un Fablab inscrits au CPER).